Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retraites : non à la réforme des Woerth-Bettencourt !

12557_image.jpg

Imperturbable, le gouvernement poursuit sa politique de rigueur avec sa contre-réforme des retraites, malgré l’évidente collusion entre les politiques et les grandes fortunes, symbolisée par l’affaire Woerth-Bettencourt.

Ainsi donc c’est Éric Woerth, le ministre du Travail impliqué dans le scandale Bettencourt, qui a présenté, mardi 13 juillet, en conseil des ministres, le projet de loi sur les retraites. C’est en soi tout un symbole ! Cette réforme s’inscrit dans l’offensive annoncée par Sarkozy et ses ministres pour faire payer aux couches populaires les subventions à fonds perdus qu’ils ont accordées aux banques et aux multinationales, les cadeaux fiscaux faits aux plus riches depuis des années.
Porter l’âge légal de départ en retraite à 62 ans en 2018, à raison de quatre mois par an, augmenter de la même façon le nombre d’annuités nécessaires pour toucher une pension complète jusqu’à 41, 5 ans, voire plus comme le réclament déjà certains députés de l’UMP, c’est vouloir faire travailler plus pour gagner moins des millions de salariés, c’est vouloir les contraindre à souscrire des assurances privées, pour le plus grand profit des sociétés de finance et des fonds de pension. De la même façon que l’augmentation des cotisations des fonctionnaires de près de 3 % pour les aligner sur celle du privé n’a rien à voir avec une quelconque « équité », l’ensemble de cette réforme qui voudrait obliger les salariés âgés à s’épuiser au travail alors qu’il y a cinq millions de chômeurs dans le pays, n’a rien à voir avec le prétendu intérêt général dont Sarkozy et Woerth ont le culot de se revendiquer alors que tout, dans l’affaire Bettencourt, les désigne comme gouvernement des riches pour les riches.
L’Inspection générale des finances (IGF) aurait « blanchi » Woerth. Frédéric Lefebvre, le porte-parole de l’UMP, claironne que son rapport met « un terme à la suspicion volontairement entretenue à l’encontre d’Éric Woerth et à des semaines de malveillance ». Quelle farce ! Ces hauts fonctionnaires, diligentés sur ordre de Sarkozy lui-même, n’auraient trouvé aucune trace d’une intervention de l’ancien ministre du Budget en faveur de la troisième fortune de France. Comme si Woerth aurait pu être assez négligent pour apposer sa signature sur un document de nature à le compromettre. Qui pourrait croire à une telle fable ?
Une chose est sûre par contre, c’est que Florence Woerth, la femme du ministre, était embauchée pour un salaire annuel de 140 000 euros, auxquels il faut ajouter des primes de 40 000 euros, par Patrice de Maistre, le gestionnaire de la fortune de Bettencourt. Ce même de Maistre à qui Woerth remettait quelques mois plus tard la légion d’honneur. Sûr également le fait que 380 000 euros ont bien été retirés en espèces du compte à la BNP de la milliardaire durant les premiers mois de 2007, ce qui confirmerait que la campagne électorale de Sarkozy a été financée par les Bettencourt qui ont largement prodigué leurs largesses à l’UMP. Dans les enregistrements réalisés par le majordome des Bettencourt, il est question aussi de comptes secrets en Suisse transférés vers Singapour, un paradis fiscal.
Cette affaire révèle les mille et une manières qu’ont les riches de soustraire leur fortune au fisc, les complicités dont ils bénéficient au plus haut niveau de l’État, moyennant quelques commissions sonnantes et trébuchantes. Et puis il y a ces 30 millions d’euros rendus de façon tout à fait légale, eux, à Bettencourt, au titre du bouclier fiscal, une des mesures légales les plus visibles parmi toutes celles que le gouvernement a mises à la disposition de cette minorité richissime pour lui permettre d’accaparer une part toujours plus importante de la richesse sociale.
Et il faudrait que ceux qui produisent cette richesse sociale, les travailleurs, les couches populaires, acceptent la régression sociale qu’on veut leur imposer au nom de déficits dont ils ne sont pas responsables !
Il est évident que cela ne passe pas. Une majorité de la population, comme l’indiquent les derniers sondages, ne croit pas au « blanchiment » de Woerth, et 74 % s’attend à un mouvement social de grande ampleur à la rentrée.
Nul doute que la journée du 7 septembre, à laquelle ont appelé les directions syndicales sous la pression du succès des grèves et manifestations du 24 juin aura un grand retentissement. Il s’agit d’en faire le début d’une contre-offensive contre ce gouvernement des riches par les riches.
Pour le retrait de la réforme des Woerth-Bettencourt, pour l’abrogation de toutes les lois depuis celle de Balladur en 1993 qui a abouti à une baisse des pensions de 20 % ! Pour l’affirmation et la défense des droits du monde du travail, de la collectivité contre les intérêts parasitaires de ce club de milliardaires, contre ce gouvernement corrompu parce qu’entièrement à leur service.
Galia Trépère

Tag(s) : #Retraites

Partager cet article

Repost 0